Marie Lergenmüller

Marie LergenmullerIl y a quelques jours, j’ai eu le plaisir de pouvoir poser quelques questions à Marie Lergenmüller, auteur de la saga Les Enfants du Temps.

Un grand merci à vous, Marie, d’avoir bien voulu m’accorder un peu de votre temps pour y répondre!

– Bonjour Marie Lergenmüller. Vous êtes l’auteur de la saga « Les Enfants du Temps ». Les internautes et les lecteurs ne vous connaissent pas forcément, pouvez vous vous présenter?
Bonjour Emilie, je suis un écrivain auto-édité de 37 ans, originaire de Saint-Etienne mais vivant en Touraine depuis des années. Je suis l’auteur de la saga celtique Young adult “Les enfants du temps”. Je suis passionnée de voyages, de sport, de séries TV, de musique et bien évidemment de lecture et d’écriture !
– Quel a été votre parcours avant Les Enfants du Temps?
Ancienne militaire ! En fait, j’ai d’abord été traductrice-interprète au sein de ma société pendant deux ans, puis je suis rentrée dans l’armée de l’air où j’ai travaillé comme officier (lieutenant) pendant plusieurs années (ce qui reste aujourd’hui ma meilleure expérience professionnelle en dehors de l’écriture).
– Depuis quand écrivez vous? Comment vous est venue l’envie d’écrire?
En fait, d’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours écrit ! Vers l’âge de 10 ans, j’ai écrit mon premier roman (à la machine 🙂 ) au sujet d’une énigme mystérieuse se déroulant en Afrique. Au lycée, en première, j’ai ensuite reçu un prix pour l’écriture d’une nouvelle fantastique.
– Avez vous fait de l’écriture votre métier ou travaillez vous à côté? Si non, aimeriez vous devenir écrivain à temps complet?
 Je suis formatrice en langues et professeur d’anglais à côté. Mon rêve serait en effet de pouvoir vivre de l’écriture ! J’adorerais devenir écrivain à temps complet, si j’en avais la possibilité !
– Comment avez vous eu l’idée d’écrire cette saga?
J’ai commencé à écrire cette saga alors que j’étais encore militaire, en 2008. Je cherchais à écrire quelque chose de différent de ce que l’on avait l’habitude de lire à l’époque (vampires, loups-garous, anges…) et surtout en rapport avec le monde celtique que j’aime beaucoup. Je voulais également écrire une histoire romanesque et fantastique qui permettrait à mes lecteurs de voyager et de découvrir des lieux existants réellement, sur fond de légendes celtiques.
– Comment avez-vous procédé pour publier vos livres? Le parcours a-t-il été difficile?
J’ai d’abord envoyé mon manuscrit à quelques maisons d’édition puis j’ai entendu parler de l’auto-édition qui commençait juste à se développer à cette époque. Je me suis alors lancée, ne pensant vendre mon tome 1 qu’à une dizaine d’exemplaires (famille et amis). En effet, je ne pensais pas qu’il aurait autant de succès et que mes lecteurs demanderaient la suite des aventures de Sean et Eva ! L’auto-édition m’a vraiment permis de me lancer et je suis vraiment ravie qu’un tel procédé soit offert à tous les écrivains qui n’ont pas la chance d’avoir une maison d’édition.
Je ne dirais pas que le parcours a été difficile mais il m’a pris énormément de temps ! Il a fallu que je me renseigne, afin de comprendre en quoi consistait l’auto-édition. J’ai de la chance d’avoir un mari qui m’a beaucoup aidée mais également un frère talentueux qui a réalisé toutes mes couvertures. Pour le tome 1 (que je ne pensais pas vendre du tout !), j’ai demandé, à l’origine, à seulement trois personnes de mon entourage de le relire. Les tomes 2 et 3, écrits respectivement 5 et 6 ans après le tome 1 (d’où l’évolution de l’écriture !) ont été relus par 5 à 6 personnes de mon entourage.
Pour conclure, je dirais que les seuls points négatifs de l’auto-édition sont le fait de ne pas être représentés par une maison traditionnelle (nous devons effectuer notre propre promotion, proposer nos livres dans les points de vente (donc la diffusion papier dans les librairies est très limitée et surtout très locale !), ce qui n’est heureusement pas le cas sur internet où nous pouvons rivaliser avec des auteurs publiés par des maisons d’édition. Nous n’avons également pas de relecteurs et de correcteurs officiels donc le travail est beaucoup plus important vu que nous réalisons notre livre de A à Z !
– Avez vous un rituel d’écriture? Un endroit où vous préférez écrire?
J’aime écrire dans ma bibliothèque, entourée de tous les livres qui m’inspirent, en écoutant la musique que l’on retrouve dans la playlist que je mets en annexe de chacun de mes livres.
En matière d’auteur, quels sont vos inspirations?
Il y en a beaucoup mais je dirais qu’à l’époque où j’ai écrit le tome 1, j’ai été influencée par Stephenie Meyer, ce qui n’a rien de surprenant en soi. Mais ce n’est pas la seule. Je lis beaucoup, notamment du YA. Je suis également une grande fan des auteurs suivants (même si la liste n’est pas exhaustive) :
Maria V. Snyder, Suzanne Collins, Lucy. M. Montgomery, J.K. Rowling, Amy Harmon pour le YA. J’apprécie également les écrits de Gayle Foreman, Kass Morgan, Kiera Cass ou encore Anne Robillard dans cette catégorie.
Dans une autre catégorie, j’adore les écrivains Kate Mosse, Samantha Young, Melody Grace, Diana Gabaldon, Tamara McKinley, Henri Courtade, Dan Brown et bien évidemment la référence “celtique” Marion Zimmer Bradley qui m’inspirent également beaucoup à divers degrés.
– Votre nouvelle « Vénéneuse », sur le personnage de Meghan O’Doherty sort dans quelques jours et un tome 4 est prévu pour le printemps 2016. Avez vous d’autres projets d’écriture? Pouvez vous nous en parler?
Oui, déjà, j’offrirai à mes lecteurs une dernière novella qui fera suite au 4ième et dernier tome et qui se situera quelques années après la fin du tome 4. On y retrouvera les personnages emblématiques de la saga et nous saurons ce qu’ils sont tous devenus.
Ensuite, j’ai en effet une multitude d’autres projets d’écriture (qui incluent une saga mêlant aventures cathares, templières et une incursion dans les châteaux de la Loire et ayant pour héros un personnage cité dans “Les enfants du temps” (une sorte de série dérivée en quelque sorte, mais dans un univers différent, même si les références celtiques, notamment grâce à ce personnage, seront encore bien présentes). J’ai aussi le projet d’une saga en deux romans se situant l’un en Australie, l’autre dans l’ouest américain et ayant pour cadre l’univers des ranchers et cowboys. Cependant, comme pour le projet précédent, l’Irlande et l’Ecosse ne seront jamais bien loin car mes personnages seront d’origine soit irlandaise, soit écossaise.
– Passons maintenant aux questions sur votre saga « Les Enfants du Temps ». Pour les personnes ne l’ayant pas encore lue, pouvez-vous nous dire de quoi parlent vos livres?
C’est une romance fantastique en 4 tomes et 3 novellas, se situant et ayant pour cadre principal l’Irlande, l’Ecosse et la Bretagne (ainsi que le Minnesota, un état dans lequel j’ai vécu, pour le tome 1). J’ai souhaité, sur fond historique et fantastique, et tout en faisant référence aux légendes et mythes celtiques, créer un univers où se mêlent malédiction, piraterie, histoire d’amour et immortalité.
Je vous joins un petit résumé de chaque livre en pièce jointe.
– L’écriture de vos romans s’est-elle faite au fur et à mesure ou aviez vous un plan établit dès le départ?
Disons que lorsque j’ai écrit le tome 1, j’avais en tête la manière dont je voulais poursuivre mon histoire le cas échéant, mais je ne pensais pas que les lecteurs me suivraient après le tome 1 ! J’ai été agréablement surprise de voir qu’autant de lecteurs avaient envie de poursuivre l’aventure avec moi et du coup, cela m’a énormément motivée pour la suite.
J’avais un plan concernant la suite des aventures à donner à mes héros, mais je ne me suis à aucun moment interdit de développer des personnages secondaires (comme cela a été le cas pour Connor et Kathleen, avec succès !) ainsi que des histoires parallèles, tant que cela restait dans le cadre de ma saga.
En fait, plus j’écris, plus de nouvelles idées, de nouveaux développement me viennent à l’esprit mais j’essaie toujours de respecter un cadre, notamment historique, pour que le récit reste logique et que tout se rejoigne à un moment ou un autre. J’aime que les lecteurs soient surpris par les rebondissements amorcés dans le tome 2. J’aime leur donner de fausses pistes, leur montrer que les personnages ne sont pas forcément ceux que l’on croit (comme ça a été le cas pour Lukas). J’aime aussi les laisser sur leur faim ! Les novellas n’étaient pas prévues au départ, et cela devait rester une trilogie, mais Connor et Kathleen, qui n’étaient que des personnages secondaires, se sont imposés doucement dans mon esprit et il était inconcevable pour moi de ne pas leur consacrer un tome !
– Avez vous fait beaucoup de recherches afin d’être cohérente entre les romans et la réalité historique? Avez vous visité tous les lieux que vous décrivez dans vos livres?
Enormément de recherches ! J’essaie de coller au maximum avec la réalité historique. Lorsque certaines dates ne collent pas exactement(ce qui est rare) , je le signale dans les annexes. Je me renseigne sur le contexte historique, les légendes, les lieux, les noms de famille, les prénoms utilisés (et que j’explique en annexes en fin de chaque livre).
Je me suis rendue dans la quasi totalité des lieux mentionnés, que ce soit en Irlande, en Ecosse , en Bretagne ou dans le Minnesota, à l’exception (mais ce n’est que partie remise !) d’Inishbofin et de Clare island. Ceci dit, pour compenser, j’ai effectué de nombreuses recherches sur ces deux endroits qui m’ont permis de vraiment m’imprégner des lieux.
J’ai pris personnellement toutes les photos diffusées sur mon site officiel, ainsi que les photos utilisées pour mes couvertures. Je trouve vraiment fondamental d’avoir visité les lieux que je mentionne et de pouvoir offrir à mes lecteurs une description précise (mais également par photo !) de chacun de ces lieux, leur donnant ainsi l’envie de se rendre à leur tour sur place.
J’ai également visité tous les pubs, Bed and breakfast, châteaux… mentionnés et je remercie encore une fois leurs propriétaires (Sean’s bar, le chef de clan actuel de Dunvegan castle, Laura, du Castlecroft Guest House à Stirling, le personnel du Darnley Coffee House à Stirling, du Portcullis à Stirling, le chef de clan MacLeod, sur l’île de Skye, le château de Dunnottar, dans l’Aberdeenshire, l’Elephant House, à Édimbourg, ainsi que le château d’Édimbourg pour leur disponibilité et leur gentillesse.
– Si vous deviez n’en choisir qu’un, parmi vos personnages, quel est celui (ou celle) auquel(le) vous êtes le plus attaché? Pour quelles raisons?
Aie aie, question trop difficile ! Je suis réellement attachée à chacun de mes personnages ! Si vraiment je ne devais en choisir qu’un, ce serait un mélange de Sean et Connor ! J’ai adoré développer ces deux personnages alors je citerais les deux, sans réellement pouvoir choisir ! Connor et Sean sont mes deux chouchous. J’ai adoré développer leur côté mystérieux, un peu sombre, distant mais attachant, leurs blessures secrètes, leur côté protecteur et masculin ainsi que leur loyauté sans failles envers la fille qu’ils aiment. J’ai aussi une tendresse particulière pour Kathleen mais également pour Lukas.
– Que pensez vous de la relation entre Kathleen et Connor? Pouvons nous espérer un heureux dénouement pour leur relation?
Kathleen et Connor, grâce au tome 3, sont rapidement devenus un couple phare de ma saga et mes lecteurs les adorent (et moi aussi !). Je suis vraiment très attachée à ce couple et il me tardait de continuer à les développer dans le dernier tome. Leur histoire sera beaucoup plus compliquée et conflictuelle que celle de Sean et Aisling (ceci dit, vous ne connaissez pas encore tout de Sean !), avec de nombreux rebondissements et de “je t’aime moi non plus”. Ceci dit, j’ai, depuis le début, imaginé le dénouement de leur histoire et il y a peu de chances que je change d’avis : surprise !
– Pouvez-vous nous donner quelques informations sur « Vénéneuse »? Ainsi que sur le tome 4?
“Vénéneuse” permettra de faire une incursion dans le passé, dans la vie de Meghan, le personnage détesté de mes lecteurs, l’anti-héro, et d’en apprendre davantage sur les relations qu’elle entretient avec les autres personnages, notamment Sean, Erlina et Lukas.
Comme pour la première novella, “Ténébreux”, consacrée à Sean, cela permettra d’apporter quelques nouvelles interrogations en prévision du dernier tome. On y rencontrera également un nouveau personnage, à l’instar de Brenna dans “Ténébreux”.
Le tome 4 verra la réunion de tous les personnages principaux de la saga. Il y aura encore des flashbacks, notamment en ce qui concerne Connor, ainsi que des scènes se déroulant dans le passé, sur fond historique. L’action se déroulera entre passé et présent et aura pour cadres principaux l’Irlande du nord et l’Ecosse.
Cet entretien se termine ici. Encore une fois, je remercie grandement Marie Lergenmüller pour cette interview!
Publicités