[#14] Calendar Girl, Tome 4 : Avril, d’Audrey Carlan


L’histoire : Le premier contact avec Mason Murphy est assez rude ! Le joueur phare de l’équipe des Red Sox est un véritable goujat. Mais il ne connaît pas encore le caractère bien trempé de Mia qui va rapidement le faire changer d’attitude. Un mois entourée des joueurs de son équipe de base-ball favorite, Mia est aux anges. Pourtant, son bonheur va être entaché d’une mauvaise nouvelle. Pourra t-elle surmonter cette déception ?

Ma note : 3/5

« – Salut, Beauté.
Ce sont les premiers mots qui sortent de sa bouche – qui, au passage, est terriblement sexy. Dommage que ses paroles et la façon dont ses yeux me reluquent des pieds à la tête me fassent bouillir… de rage. Adossé à sa limousine, Mason Murphy porte des lunettes de soleil d’aviateur, ses cheveux sont châtain foncé avec des reflets roux, et son sourire en coin fait sans doute fondre les culottes de ses fans. Heureusement pour moi, je suis désormais habituée à être entourée de mecs canons. »

Mon avis : Après avoir terminé le tome du mois de mars, j’ai de suite commencé celui ci, le tome concernant le mois d’avril. Ayant énormément apprécié ce dernier volet, c’est donc avec beaucoup d’espoir que je me suis lancée dans ma lecture. Je suis cependant rapidement descendue de mon petit nuage littéraire et je ressors de la lecture de ce roman avec un avis plus que mitigé.

Après avoir quitté le couple Tony/Hector, Mia se rend à Boston pour rejoindre Mason Murphy, célèbre joueur de base-ball, dont la réputation est au plus mal. Afin de dénicher des sponsors, il engage Mia pour faire d’elle sa petite amie pendant un mois, espérant ainsi donner une image de stabilité et redorer son blason par la même occasion. Séducteur, imbu de lui même, un peu vulgaire, difficile cependant pour Mia d’apprécier ce gai luron. Mais sous ses airs de bad boy, Mason cache une histoire et une vraie personnalité. Secrètement attiré par son manager et ne pensant pas la mériter, il profite de la vie et des femmes qui l’entoure. C’était sans compter sur Mia, qui espère bien réunir ces deux jeunes personnes.

« – Tu as vraiment un joli petit cul, Mia, dit-il en me mettant une fessée.
Je m’arrête et me tourne vers lui en le fusillant du regard.
– Écoute, petit. Si tu ne veux pas devenir manchot, je te conseille de ne plus jamais toucher mes fesses.
Il recule face à moi, mains levées.
– Ok, d’accord. Je m’entraînais juste pour demain. Y a pas de mal, ok ?
– Ouais c’est ça, garde plutôt tes forces pour demain. »

Si j’avais aimé l’évolution de Mia dans le tome  précédent, c’est nettement moins le cas dans celui ci. Le point où j’ai le plus de problème, c’est le fait qu’à chaque rencontre avec un homme, quel qu’il soit à partir du moment où il est plutôt mignon, sa première pensée est obligatoirement sexuelle et « son entre-jambe la chatouille »…🤔. Alors soit c’est moi qui ne sui pas normale, soit cette fille est une obsédée sexuelle 😂. Bref, oui, dans ce tome, Mia m’a beaucoup énervé, car elle donne l’impression de ne réfléchir qu’avec son entrejambe et pas avec sa tête. Ce n’est effectivement qu’une impression puisque qu’elle est bien souvent de bon conseil mais ce point la chez elle me dérange énormément!

« Il ouvre le minibar et en sort une bouteille de champagne en se léchant les lèvres. Mon corps réagit instantanément, je ressens des fourmillements entre les jambes. Je secoue la tête et croise les cuisses. Ce type est un enfoiré, mais je ne peux pas nier que c’est un très bel enfoiré. Mason Murphy doit mesurer un mètre quatre-vingts et quelques, et son corps mérite toutes les unes de magazines qu’il a déjà faites. »

Je n’ai pas eu de soucis avec Mason. Il prend les femmes pour des objets mais on se rend vite compte que ce n’est pas un mauvais garçon, et surtout, que finalement il en pince pour son manager. L’histoire reste sympathique, même si on devine la fin. Je l’ai tout de même trouvé touchante et elle a eu le mérite de me tenir jusqu’au bout.

S’il y a, par contre, un point que j’ai beaucoup apprécié, c’est le fait que l’auteur parle du cancer du sein et de son dépistage. Étant dans le medical et particulièrement touchée par cette maladie, j’ai trouvé très bien qu’Audrey Carlan nous parle de cela au travers de son roman. Et je crois au final que c’est ce qui fait un peu la force de cette série, en tout cas pour ma part. Depuis le mois de mars, elle transmet des messages au travers de ses romans, des messages qui lui tiennent à cœur je pense et cela lui permet de sensibiliser un grand nombre de lecteurs/trices.

Un peu déçue donc par ce quatrième tome, j’attends donc énormément du tome de mai, j’espère que celui ci saura me réconcilier avec l’héroïne tout comme l’avait fait mars. A voir donc… plus que quelques jours…!!! 🙂

« Je coiffe mes boucles brunes en deux queues-de-cheval basses – je sais que ça plaît aux mecs comme Mason  – et je parfais le tout avec une casquette de base-ball rouge. Je ne sais pourquoi, je pense soudain à Wes. Il est le seul auprès de qui j’aurais envie de m’investir. Lorsque je suis avec lui, j’ai l’impression que je ne pourrais pas vivre sans mon surfeur californien. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s