[#13] Calendar Girl, Tome 3 : Mars, d’Audrey Carlan

L’histoire : Avant de s’envoler vers sa prochaine mission, Mia fait un petit séjour à Las Vegas où elle retrouve sa soeur et sa meilleure amie. Elle en profite pour aller rendre visite à son père qui est toujours dans le coma. Elle a rendez-vous avec son usurier pour lui remettre le deuxième versement, et cette rencontre n’est pas des plus sympathiques ! Mais la voilà à nouveau dans un avion, direction Chicago, pour y retrouver le bel Anthony Fasano, propriétaire d’un restaurant italien.

Ma note : 4/5

« Mon client entre dans la chambre, « vêtu » d’une minuscule serviette nouée autour de la taille, son corps musclé recouvert de minuscules gouttelettes qui ruissellent sur lui. Ma bouche est sèche, tout à coup, et mon cœur semble avoir cessé de battre, cependant ça ne m’inquiète pas, car c’est plutôt une belle mort, non ? J’ai vingt-quatre ans et j’ai enfin vu la perfection masculine. »

Mon avis : Après avoir lu le tome de février, qui m’avait quelque peu déçu, c’est avec un peu de réticence que je me suis lançée dans ce troisième tome, celui du mois de mars.

Dans ce tome, nous retrouvons Mia après qu’elle ait quitté Alec et Seattle. Une fois s’être acquitté de sa dette mensuelle, elle profite d’un peu de temps avec sa soeur et sa meilleure amie, avant de repartir pour une nouvelle mission, à Chicago cette fois, pour passer un mois auprès d’Anthony Fasano, riche restaurateur italien. Dès leur première rencontre, Mia est sous le charme. Cependant, cela ne va pas se passer comme elle le pensait, car Anthony la met immédiatement au courant de la raison de son embauche : il est homosexuel et, afin de préserver sa famille et sa carrière, il ne peut révéler son orientation sexuelle. Mia devra donc jouer le rôle de sa fiancée pour le mois à venir. Une mission qui paraît simple en apparence, mais qui ne le sera pas pour autant!

« C’est vrai, j’ai beaucoup appris de Tony et d’Hector. J’ai appris à ne pas avoir peur, à ne pas laisser quelqu’un d’autre choisir à quoi ressemble mon bonheur. »

Le premier point que j’ai apprécié dans ce tome, c’est la quasi absence de scène de sexe, même s’il y en a quelques unes tout de même. Je sais que bon nombre d’entre vous aime les romances érotiques, mais pour ma part, je me suis un peu lassée de ce genre et lire des pages entières sur ce sujet commence vraiment à m’ennuyer. Je ne suis pas contre, mais j’ai besoin que cela soit justement dosé et que cela ne prenne pas le pas sur l’histoire initiale. C’est le cas dans ce tome, et c’est peut être pour cela que je l’ai préféré à celui de février.

« Je me perds un instant en admirant Wes, l’homme qui m’a demandé de rester. L’impression que j’ai oublié quelque chose en Californie avec ce scénariste surfeur ne me quitte pas, mais je ne l’admettrai jamais. »

La deuxième raison que je pourrais évoquer, c’est le sujet abordé : l’homosexualité. Nous vivons dans une société où le choix du sexe de notre partenaire est bien souvent critiqué et ou le fait d’être gay fait encore beaucoup trop débat. Je ne m’exprimerai pas aujourd’hui sur ce que je pense de tout cela car ce n’est pas le sujet mais j’ai énormément aimé qu’Audrey Carlan en face le sujet principal de l’un de ses romans, et qui plus est, de cette manière. Tony et Hector sont deux personnages très attachant, leur couple est loin de faire parti des clichés habituels et l’on a très envie de les aider, l’un comme l’autre à vivre leurs vies pleinement. Mia elle, dans ce tome, gagne en maturité. Elle se prend d’affection pour ce couple et tente, par ses conseils – qui je trouve sont bien souvent très avisés – et ses discussions, de leur voir la vérité en face.

Une intrigue qui change, des personnages attachants, une héroïne qui évolue, un sujet à l’ordre du jour, très engagé et une auteur qui souhaite par ce biais, faire passer un message, il n’en fallait pas plus pour faire de ce tome de Mars l’un de mes préférés et qui m’a réconcilié avec la série. Il ne reste plus qu’à espérer que le tome d’avril renforcera cette impression!

« C’est vrai, j’ai beaucoup appris de Tony et d’Hector. J’ai appris à ne pas avoir peur, à ne pas laisser quelqu’un d’autre choisir à quoi ressemble mon bonheur. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s