Phobos, Tome 1, de Victor Dixen

coupcoeur phobos,-tome-1---les--phemeres-640387

L’histoire : Six mois de voyage vers Mars. Six prétendantes. Six prétendants. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer.
La nouvelle saga-thriller de Victor Dixen, lauréat du Grand Prix de l’imaginaire en 2010 et 2014.

Il est trop tard pour regretter…
Le projet le plus fou.

Dans un futur proche. Le fonds d’investissement privé Atlas a racheté la Nasa avec l’intention affichée de relancer la conquête spatiale grâce au programme de téléréalité le plus ambitieux de tous les temps : le programme Genesis. Six filles et six garçons âgés de 17 à 20 ans ont ainsi été sélectionnés parmi des milliers de candidats de tous les pays pour établir la première colonie humaine sur Mars. Ils sont en pleine santé, assoiffés d’aventure, parfaitement entraînés pour la mission qui les attend. Mais, surtout, ils sont tous orphelins, sans attache, sans promesse d’avenir sur la planète qui les a vus naître… sans famille pour intenter un procès si les choses tournent mal. Ils effectueront les six mois de voyage en aller simple dans deux compartiments séparés du vaisseau Cupido, à destination de Phobos, la lune de Mars. Avec un objectif : trouver le partenaire avec qui enfanter, sous l’oeil inquisiteur des caméras qui filment le vaisseau 24 heures sur 24.

Le jeu de séduction le plus sensationnel.

Ainsi commence un show d’une ampleur jamais vue, financé avec les investissements colossaux des annonceurs, les droits de diffusion monnayés à prix d’or et les dons des spectateurs encouragés à envoyer de l’argent à leurs candidats préférés pour leur permettre d’« acheter » les meilleurs habitacles déjà largués sur leur nouvelle planète. Après chaque passage dans le minuscule parloir qui permet aux passagers de communiquer sans se toucher pendant six minutes, les filles doivent remonter à la production leur classement personnel des prétendants, et elles sont elles-mêmes secrètement classées par chaque garçon. Les préférences ultimes seront dévoilées à l’arrivée sur Phobos et les couples définitifs mariés avant le grand saut dans le puits gravitationnel de Mars, ou ils seront sommés de procréer aussitôt.

Le mensonge le plus effroyable…

« Marquer l’Histoire avec un grand H, comme c’était écrit dans l’appel à candidatures… C’est pour ça que j’ai envoyé mes coordonnées sans hésiter une seule seconde, dès que j’ai vu l’annonce dans un journal gratuit du métro à Paris : c’est parce que je n’en ai pas moi, d’histoire,même avec un petit h. L’amour, toutes ces foutaises, ce n’est vraiment pas ma tasse de thé. Quand on a été abandonnée inconsciente à l’âge de trois ans dans une benne à ordure, on est bien placée pour savoir que ça ne vaut rien, l’amour. Parce que c’est ça mon histoire, aussi dingue que ça puisse paraître : jetée comme un vieux Kleenex, récupérée in extremis par le SAMU, réanimée à l’hôpital, balancée à l’Assistance Publique. L’amour n’a jamais fait partie de ma vie, et ce n’est pas maintenant qu’il va y faire une entrée surprise. »

Ma note : 5/5

12026615_10209688457551503_1565834325_n

Mon avis : Un jour, mon amie Mélanie est arrivée en me disant « Phobos tu l’as lu??! Il faut ABSOLUMENT que tu le lise!! » Mais moi… je ne sais pas… Dieu sait que j’en ai entendu parler, la couverture est sympa mais je ne sais pas si le concept me plaît. Tout ce truc autour de Mars, cela m’embête un peu. Alors il traîne dans ma PAL, l’envie me prend plusieurs fois de l’en sortir mais je trouve toujours un roman que j’ai plus encore envie de lire. Et puis, au détour de mes recherche sur Audible, je le retrouve, alors je me dis, après tout, pourquoi pas… Et me voilà lancée pour 11h d’écoute…!

La première pensée qui me vient à la fin de ce roman, c’est « WAHOU!! Où est la suite?! Le tome 2… Il me faut le tome 2…!! ». Encore aujourd’hui, je ne sais pas pourquoi j’ai tant attendu pour lire ce livre, qui était pourtant grandement encensé sur la blogosphère. Aujourd’hui, je suis bien contente d’avoir comblé cette lacune!

J’ai tout d’abord été séduite par l’univers de Phobos. Moi qui partais avec un énorme à priori sur ce dernier, j’ai été finalement totalement conquise. Un univers qui nous transporte bien au delà du réel et, bizarrement, que l’on arrive très bien à se représenter. Six filles, six garçons, une capsule spatiale appelée « le Cupido », six minutes par jour pour apprendre à se connaître, et cinq mois pour arrêter son choix sur le/la prétendant/e avec lequel ils passeront le reste de leur vie sur Mars. Ces six minutes, ces cinq mois, nous les passons avec eux, en apprenant chaque jour un peu plus sur chaque personnage, sur leurs caractères, leurs passées,… Je parle principalement pour les filles car nous passons la majorité de la lecture à les suivre, et plus principalement Léonor, alias Léo.

Ce qui m’a impressionnée dans ce roman, c’est la rapidité avec laquelle je me suis attachée aux personnages, à ces six filles et à ces six garçons, et même si j’en ai préféré certains à d’autres, mon attachement n’en a pas été moindre. La rapidité avec laquelle j’ai détesté Serena McBee m’a également étonné. Cette femme est totalement horrible et dénuée de toute sens Quant à Léo, notre héroïne, je l’ai tout simplement adorée! Forte et fragile à la fois, ne tombant jamais dans l’excès ou l’absence d’émotions. Ce n’est pas une héroïne qui passe son temps à se plaindre, ni une héroïne qui pense pouvoir tout gérer et mieux que tout le monde. Elle est juste…normale… C’est ce qui permet de pouvoir autant s’identifier à elle. Les personnages secondaires du roman ne sont pas en reste, tous avec un caractère différent, une aura différente, et une place bien à eux dans le roman. Aucun n’est de trop, chacun apportant sa pierre à l’histoire, à l’intrigue.

« L’irréparable, Serena l’a déjà commis. Dès l’instant où elle nous a sélectionnés pour ce programme alléchant à l’extérieur, mais empoisonné à l’intérieur. Le logo rouge et rond de Genesis, c’est la pomme de Blanche-Neige, et Serena, la sorcière qui nous l’a tendue. »

Parlons de l’intrigue justement…!! En évitant de spoiler bien entendu 😉 ! Elle est PAR-FAITE et absolument bien menée! J’ai été tenue en haleine du début à la fin. Aucun temps mort, même si l’on ne peut pas dire que dans ce premier opus il y ait beaucoup d’action, les personnages étant confinés dans le Cupido. Cela n’empêche rien! On avance dans le roman avec une facilité déconcertante, voulant toujours en savoir plus sur l’avenir plus qu’incertain de nos passagers interplanétaires, sur la manière dont ils vont se sortir de la mauvaise situation dans laquelle ils se sont mis bien malgré eux. Et puis surtout, on souhaite savoir quels couples vont se former, qui Léonor va t-elle finir par choisir…?! Une chose est sûre, tous les coups sont permis.

Bref, vous l’aurez compris, Phobos est un gros gros coup de cœur! Un savant mélange d’originalité, de romance et de suspens. A lire ABSOLUMENT et SANS ATTENDRE, même si, comme moi, l’idée d’un voyage dans l’espace vous rebute quelque peu. J’ai continué immédiatement par le tome 2, impossible de rester sans savoir ce qu’il advient de nos protagonistes!!

« Léonor : « Si tu tenais vraiment à moi, tu respecterais ma règle au lieu de me demander d’y désobéir. Comme les autres prétendants. Comme… Mozart. »
À la mention du nom de Mozart, les épais sourcils de Marcus se froncent : « Aimer, ça ne veut pas dire tout accepter de l’autre, sans question ni remise en cause… »
La caméra zoome sur son visage, sur ses yeux gris aux reflets métalliques, magnétiques : « Aimer, c’est se battre pour ce que l’on croit être le meilleur pour l’autre… même si l’autre ne le sait pas. L’amour que je t’offre, Léonor, c’est une bataille. Celui de Mozart, c’est une capitulation. » « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s