Célibadtrip, d’Anne Berland

celibadtrip-danne-berland

L’histoire : Célibadtrip, c’est :
– L’histoire (presque vraie) d’une célibataire (l’auteure) qui cherche à se mettre en couple sans y parvenir. (Plus elle cherche, moins elle trouve, au point qu’elle finit par y renoncer pour de bon jusqu’au jour où…)
– Le récit tragi-comique d’un célibat subi – entre déboires amoureux, expériences trash et/ou drôles et moments de désespoir –, mais surtout d’une expérience, la solitude, à laquelle elle n’avait pas été préparée.
– Un texte qui capture le célibat pour ce qu’il est : le mode de vie d’une génération, qui avance et se construit sans repère, si ce n’est elle-même.
– Un voyage initiatique qui nous plonge dans la tête (et le corps) d’une célibataire.
– Du journalisme gonzo à la deuxième personne, raconté avec du nerf et des tripes.
– L’histoire d’une renaissance à soi-même et pour soi-même, de la traversée du désert à l’émancipation salvatrice.

« Alors, et alors seulement il prendra la fuite, maladroitement, grossièrement, brutalement. C’est la marque, la signature, la griffe du FDP (Fils De Pute, ndlr) : il veut qu’on l’aime. C’est plus fort que lui. Le connard en voulait à ton cul, lui à ton cœur. Et il va l’assiéger, le pénétrer, le défoncer. Et si tu oses lui faire un reproche, il te dira : « Mais je te jure que quand je t’ai dit je t’aime, j’y croyais vraiment sur le coup. »

Ma note : 4/5

12721559_10209688453991414_1357940061_n

Afin de vous donner envie de découvrir ce roman, je vous propose un petit bonus! Une mini-série dérivée du livre a été réalisée… et je vous en propose un petit épisode 😉 ! Je vous ai mis l’épisode 7 car c’est l’un des plus représentatifs à mon goût.

 Mon avis : Après ma petite overdose de romance, je me suis demandée dans quel roman j’allais me lancer cette fois. Et mon choix s’est arrêté, vous l’aurez compris, sur « Celibadtrip », d’Anne Berland. Quoi de mieux donc pour changer, que l’antithèse de l’amour : le célibat! Et qui plus est un témoignage, une narration basée sur des faits réellement vécus! Le ton était donné, ma lecture lancée…

Comment appréhender, après plusieurs années de vie en couple, le célibat? C’est à cette question que tente de répondre Anne Berland. Avec beaucoup d’humour et de réalisme, l’auteur nous fait part de ses expériences à ce sujet, nous aide à nous retrouver au milieu de cet univers sans pitié qu’est le célibat, des codes aux rencontres sordides, en passant par les fêtes, les espoirs, les désillusions, les déceptions.

J’ai beaucoup aimé l’approche de l’auteur, sa manière d’aborder ce thème qui, pour certains, n’est que liberté et réjouissances, alors qu’il est parfois très mal vécu par d’autres. La première partie m’a beaucoup fait rire. Traitée avec beaucoup de dérision et de légèreté, Anne Berland nous y explique en quelque sorte le fonctionnement du célibat, les espoirs que l’on met dans une rencontre, le genre de personnes que l’on retrouve, ce à quoi il faut faire attention, se méfier, ce dont l’on peut profiter,… J’ai beaucoup souris, ris franchement en la lisant car le portrait qu’elle dresse de ses péripéties et de celles de beaucoup d’autres est plein de réalités.

« Quand tu redeviens célibataire après des années de vie en couple, tu penses que ça ne va pas durer. C’est forcément une transition, entre ton ex et ton futur copain. Alors au début, c’est l’euphorie. Tu es libre. Tu peux draguer, te faire draguer. Et l’alcool devient le chemin le plus court entre toi et l’autre.
« Je vais prendre un verre de vin. » → Il n’est pas impossible que je couche avec toi.
« Je vais prendre une Piña Colada. » → Je vais t’allumer, et peut-être coucher avec toi.
« Je vais prendre un shot de vodka. » (Chopatate.) → Dans moins de deux heures, je couche avec toi.
« Je vais prendre un Perrier. » → On peut être amis, aussi.
Mais un jour, tu en as assez. Tu veux récupérer ta vie d’avant. Au fond, tu es faite pour ça, le couple. Mais ça ne dépend pas que de toi. Ça nécessite de trouver quelqu’un.
Et tu as trente ans, pas vingt. »

La deuxième partie du roman est un peu plus sombre et nettement moins enjouée. Pensant avoir enfin retrouvé l’amour, notre héroïne subit une nouvelle déception amoureuse. Et la, c’est la descente aux enfers… Se laissant submerger par son chagrin, sa peine, sa déception, elle n’arrive pas à remonter la pente. Elle n’arrive plus à regarder un couple ni à les supporter. Même regarder une simple publicité à la télé montrant une famille heureuse lui est insupportable, lui renvoyant l’image de ce qu’elle pourrait désirer mais n’a pas. Ce passage très juste et riche en émotion m’a beaucoup touché, j’ai ressenti énormément de peine car le thème abordé ici permet d’éprouver une grande d’empathie. En effet, qui n’a jamais vécu une rupture?

« Quand j’avais 20 ans et que je sortais en boîte, je voyais parfois des hommes et des femmes plus âgés que moi, le visage légèrement marqué par l’existence. Une population interlope, qui cherchait à singer nos rituels : boire, danser, choper. Des ratés, des losers, qui n’étaient pas à leur place. Si à 30 ans tu traînes encore en boîte, c’est que t’as raté ta vie.
Quand j’avais 20 ans et que je fréquentais les cafés du Quartier latin, je remarquais parfois des personnes seules, entre deux âges, en train d’écrire dans des carnets. J’étais triste pour elles. Si à 30 ans t’écris encore seule dans les cafés, c’est que t’as raté ta vie.
Et puis un jour, ce fut à mon tour d’avoir 30 ans, d’être célibataire, de draguer en boîte, et d’écrire seule dans les cafés.
J’avais 30 ans. Et j’avais raté ma vie. « 

Ayant moi-même la trentaine et ayant vécu une séparation après plusieurs années de vie en couple, j’avoue m’être reconnue dans beaucoup de ses sentiments, beaucoup de ses idées, beaucoup de ses déboires également, jusqu’à parfois me demander si l’auteur n’avait pas pris exemple sur ma vie! Et c’est en cela tout l’intérêt du roman, on s’identifie! Et cela ajoute une bonne dose de réalisme…

Entre légèreté et profondeur, humour et sérieux,  Anne Berland nous emmène dans les tréfonds du célibat. Un roman plein de fraîcheur et émouvant qui nous ramène pour certains dans le passé, et pour tous ceux qui sont actuellement dans cette situation, qui dédramatise le célibat et montre que rien n’est perdu et qu’il faut toujours avoir de l’espoir…!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s