Vous n’aurez pas ma haine, d’Antoine Leiris

vous-n-aurez-pas-ma-haine-767818

L’histoire : Antoine Leiris a perdu sa femme, Hélène Muyal-Leiris, le 13 novembre 2015, assassinée au Bataclan. Accablé par la perte, il n’a qu’une arme : sa plume.
À l’image de la lueur d’espoir et de douceur que fut sa lettre « Vous n’aurez pas ma haine », publiée au lendemain des attentats, il nous raconte ici comment,
malgré tout, la vie doit continuer.
C’est ce quotidien, meurtri mais tendre, entre un père et son fils, qu’il nous offre. Un témoignage bouleversant.

« Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Si ce Dieu pour lequel vous tuez aveuglément nous a fait à son image, chaque balle dans le corps de ma femme aura été une blessure dans son cœur. »

Ma note : 4/5

12721559_10209688453991414_1357940061_n

Mon avis : Qui n’a pas été touché par les terribles événements du vendredi 13 novembre 2015…? Un acte innommable, abominable, où tant de personnes ont perdu la vie… De nombreuses chansons, de nombreux textes ont vu le jour à la suite de ces horribles faits, mais je me souviens que celui publié par Antoine Leiris m’avait particulièrement émue, le partageant même à mon tour sur les réseaux sociaux.

Antoine Leiris mène une vie paisible et heureuse avec Hélène, sa femme, et Melvil, leur tout jeune fils, une vie remplie d’amour et de joie. Mais tout bascule ce terrible soir du 13 novembre 2015… Antoine Leiris attend patiemment chez lui le retour de sa femme, partie voir le concert des Eagles Of Death Metal au Bataclan. Retour qu’il ne verra jamais : Hélène fait partie des nombreuses personnes décédées ce soir là.

« Il m’a dit que nous n’étions pas les seuls à t’avoir aimée, mais que personne ne t’a aimé aussi fort que nous. Il m’a dit aussi que les enfants n’avaient pas de souvenirs avant trois ans mais que ces dix-sept mois passés avec toi feront de moi l’homme que je deviendrai. »

Avec beaucoup de tendresse, beaucoup de douceur mais aussi beaucoup de douleur, une plume simple mais poignante et plein de sincérité., Mr Leiris nous livre son combat jour après jour pour survivre face à cette terrible perte, son apprentissage des choses du quotidien pour gérer et élever un enfant, ces petites choses, ces petits bonheurs auxquels l’on se raccroche pour ne pas perdre pied. J’avais déjà pleuré en lisant son texte posté sur les réseaux sociaux, j’ai encore plus pleuré en lisant ce roman… Impossible de ne pas imaginer la détresse de cet homme et père qui perd l’amour de sa vie, impossible de rester insensible devant ce petit bonhomme qui grandira désormais sans sa maman, l’un de ses repère. « Vous n’aurez pas ma haine » est un témoignage bouleversant, émouvant, triste, mais également plein de courage, d’espoir et appelant à la paix, parce que oui, peu importe les actes des personnes vivant de ce bas monde, la haine et la violence ne résolvent rien…

Un grand respect à vous Mr Leiris, et à toutes ces familles qui vivent encore des heures sombres.

« Bien sûr avoir un coupable sous la main, quelqu’un sur qui l’on peut reporter sa colère, c’est une porte entrouverte, une occasion d’esquiver sa souffrance. Et plus le crime est odieux, plus le coupable est idéal, plus la haine est légitime. On pense à lui pour ne plus penser à soi, on le déteste lui pour ne pas haïr sa vie, on se réjouit de sa mort pour ne plus sourire à ceux qui restent…. Mais on ne compte pas les larmes et on ne les sèche pas sur la manche de la colère. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s